Soutenance de thèse d'Antonio Somma "Acoustique de la pratique musicale sur instruments historiques. Étude transdisciplinaire de l’interprétation historiquement informée au piano (1780-1850)"

Le Collegium Musicæ a le plaisir d'annoncer la soutenance de thèse d'Antonio Somma intitulée "Acoustique de la pratique musicale sur instruments historiques. Étude transdisciplinaire de l’interprétation historiquement informée au piano (1780-1850)" prévue le 6 mars 2024 à 14h (campus Pierre et Marie Curie, tour 55, 4ème étage, couloir 55-65, salle 401).

Directrice et directeur de thèse : 

Mme Jeanne Roudet, maîtresse de conférences -  Institut de Recherche en Musicologie (CNRS UMR 8223)  - Sorbonne Université & M. Benoit Fabre, professeur -  Institut Jean Le Rond ∂'Alembert (CNRS UMR 7190) - Sorbonne Université.

La soutenance d'Antonio Somma sera diffusée en temps réel sur le canal YouTube de l'Institut Jean Le Rond ∂'Alembert.

Résumé de thèse

L’interprétation historiquement informée ou HIP (Historically Informed Performance) est une démarche artistique visant à exécuter les œuvres ou les pratiques d’une époque en y insufflant les ambitions esthétiques et expressives ainsi que les codes stylistiques de leur temps. Parmi les sources mobilisées par la HIP musicale pianistique, on trouve les instruments dont les principes de construction remontent à l’époque en question : les fortepianos ou pianofortes, appelés ainsi par convention pour les distinguer de leur homologue moderne. En acoustique musicale, le pianoforte suscite un intérêt croissant, généralement axé sur ses propriétés mécaniques et vibro-acoustiques particulières. Cependant, l’évolution de cette discipline est marquée par une tendance à expliciter le rôle indissociable du musicien dans l’élaboration des démarches scientifiques. Sur le plan musicologique, l’interprétation historiquement informée a ouvert un nouveau champ de recherche consacré à l’exécution du point de vue de son histoire, ou performance studies. Ce domaine novateur étudie les styles d’interprétation et les techniques de jeu des instruments historiques que l’HIP revisite dans une démarche authentiquement artistique. Motivée par la volonté de resituer la place de la facture instrumentale dans l’histoire de la technique pianistique, cette thèse s’articule autour de l’instrument, ici le piano, en tant que point d’intersection de l’acoustique musicale et des performance studies, en mettant le pianiste au centre de l’expérimentation. Les observations réalisées ouvrent, d’une part, une nouvelle voie dans l’analyse de l’interprétation musicale basée sur le geste musical en tant que reflet de la conception interprétative singulière de chaque instrumentiste. D’autre part, elles soulignent les avantages d’une intégration explicite de l’action musicale dans l’analyse acoustique et mécanique des instruments de musique, associant l’influence de la conception que se fait l’instrumentiste du rapport entre l’œuvre et l’instrument.

Mots clés : HIP, piano, performance studies, acoustique musicale, musicologie.

Jury

M. Xavier Boutillon, directeur de recherche au CNRS (rapporteur) - Laboratoire de Mécanique des Solides (UMR CNRS 7649) - École Polytechnique 

M. Gabriele Rossi-Rognoni, professeur (rapporteur) - Museum of Music - Royal College of Music (London)

M. Tom Beghin - Orpheus Instituut (Ghent)

M. Luca Chiantore - Departament d'Estudis Culturals i Musicals - Escola Superior de Mùsica de Catalunya (Barcelona) 

Mme Théodora Psychoyou - Maîtresse de conférences HDR - Institut de Recherche en Musicologie (CNRS UMR 8223) - Sorbonne Université