© Martin Brockhoff

Mathilde CALLAC : Le numérique et la métacognition, optimiser les stratégies d’apprentissage chez les musiciens experts

Après son baccalauréat et son DEM de violon, Mathilde Callac a d’abord travaillé deux ans à l’Atelier Orchestre Ostinato avant de partir pour l’Allemagne, où elle a obtenu une Licence en Musique et Musicologie à la Hochschule für Musik de Detmold (Haute école de Musique) avec comme dominante le violon et la pratique du musicien d’orchestre. Elle a ensuite effectué des remplacements à l’Opéra de Toulon, avant de commencer son Master de Musicologie de la création et de la performance à l’Université de Bourgogne. Depuis octobre 2021, elle a rejoint l’équipe de doctorantes et de doctorants du Collegium Musicæ. 
Violoniste, Mathilde Callac joue un violon Salomon de 1757 et son archet est signé Chardon.

Mathilde CALLAC : Le numérique et la métacognition, optimiser les stratégies d’apprentissage chez les musiciens experts

Questions de recherches

La thèse de Mathilde Callac s’intitule : « Le numérique et la métacognition, Optimiser les stratégies d’apprentissage chez les musiciens experts ».
 

Son objectif est d'étudier la conception d'un outil numérique, de type application, qui permette à un musicien expert, mais non-spécialisé dans la pratique de la musique spectrale, d’engranger et de mémoriser suffisamment d'éléments spécifiques à ce répertoire,  de manière à pouvoir se produire lors d’une performance. Cette "application" serait un outil global permettant de réaliser le travail cognitif sous-jacent nécessaire  au musicien pour progresser rapidement dans la compréhension et l'interprétation de ce répertoire. 

Contexte

Deux questions s’articulent dans cette thèse, autour d’un seul objectif : permettre l’optimisation d’un apprentissage chez les musiciens experts. La première question abordée concerne le travail quotidien  du violoniste : comment construire une démarche de travail et de médiation à destination des musiciens experts, afin qu’ils prennent connaissance du travail des chercheurs en sciences de la performance et qu’ils puissent le réinvestir afin de se sentir au mieux dans leur travail quotidien ? 

En ce sens, Mathilde Callac a proposé pendant son année de Master 2 une méthode métacognitive, la Méthode ACP (Analyser, Consolider, Perfectionner) qui propose trois types de cheminements cognitifs destinés à aider les musiciens experts dans leur travail quotidien. Les premiers résultats de l’Étude pilote de la méthode ACP se montrent encourageants.

La seconde question concerne l’apprentissage d’un répertoire demandant une nouvelle exploration auditive comme la micro-tonalité dans le répertoire spectral. Ce sujet est passionnant, notamment parce que son apprentissage par les instrumentistes leur demande des adaptations de leur technique instrumentale (notamment la justesse chez les instrumentistes du quatuor à cordes) et une appréhension différente du principe de tempérament égal. 

Mathilde Callac a récemment présenté ses recherches dans un épisode de la série de podcast Thèse et vous

Laboratoires d'accueil

Cette thèse et co-encadrée par  Philippe Lalitte, Professeur de musicologie à Sorbonne Université et chercheur permanent à l’IReMus et Emmanuel Bigand, Professeur en psychologie cognitive à l’Université de Bourgogne et membre permanent du LEAD.  Elle est donc affiliée à  l’IReMus (Institut de recherche en musicologie, UMR 8223) et au LEAD  (Laboratoire d’Étude de l’Apprentissage et du Développement, UMR 5022).