Musique et Thérapie

Musique et Médecine

Le Collegium Musicæ et l’Institut d’Ingénierie en Santé (IUIS) se sont associés pour lancer un Appel à Manifestation d’Intérêt (AMI) « Musique et Médecine » à destination des communautés scientifiques et cliniques.

Musique et Médecine

Lancé en novembre 2020, cet AMI inter-instituts (Collegium Musicæ et IUIS) avait pour objectif d’identifier et de fédérer des acteurs de l’innovation scientifique et clinique à la croisée des deux domaines et de leurs spécificités, afin de constituer des consortiums de recherche pluridisciplinaire explorant les interactions entre la médecine et la musique  autour de champs tels que : les troubles musculo- squelettiques  liés à la pratique instrumentale, la thérapie par/avec la musique, le handicap moteur/sensoriel et musique, les troubles autistiques et la musique, chirurgie et musique, etc.

18 projets ont été reçus. Nombreux et riches, ces derniers mettent en lumière le potentiel existant à la croisée des deux champs disciplinaires. Leur analyse a également permis de donner une meilleure vision des besoins en financement, des enjeux de mise en relation et de l’animation nécessaires à une telle communauté pluridisciplinaire en développement. 

Ainsi plusieurs actions ont été initiées en 2020 par les deux instituts en réponse à l’ensemble des porteurs de projets : 

le financement de missions pour l’International Symposium on Performance Science (ISPS 2021) qui s’est déroulée à Montréal, Canada, du 27 au 30 octobre 2021;
la possibilité de répondre à un Appel à Projets "Musique et médecine" permettant aux lauréats de bénéficier d’un financement afin de recruter un étudiant en ingénierie et un étudiant en médecine pendant un an, associés à leurs projets ; 
des mises en relation ciblées entre chercheurs et cliniciens dans l’attente de créer un grand rendez-vous entre les communautés ; 
la création du premier master « Musique et thérapie »en France (ouverture prévue en 2022).


La sortie de crise sanitaire a permis de tenir, le 9 décembre 2021, les Premières rencontres "Musique et santé en polyphonie". Chercheurs et chercheuses, médecins, musiciennes et musiciens du Paris Mozart Orchestra, orchestre autrement fondé et dirigé par Claire Gibault, se sont rassemblés au Réfectoire des Cordeliers. Au travers d’une forme innovante alternant moments musicaux et présentations scientifiques, plusieurs thématiques transversales ont pu être présentées.

Retour sur les premières Rencontres "Musique et Santé en polyphonie"

Chercheurs et chercheuses, médecins, musiciennes et musiciens du Paris Mozart Orchestra, orchestre autrement fondé et dirigé par Claire Gibault, se sont rassemblés le jeudi 9 décembre 2021 au Réfectoire des Cordeliers pour impulser ces Premières rencontres « Musique et Santé en polyphonie ». Au travers d’une forme innovante alternant moments musicaux et présentations scientifiques, plusieurs thématiques transversales ont pu être présentées. Retour sur ce grand rendez-vous, à l’initiative des instituts Collegium Musicæ et IUIS de l'Alliance Sorbonne Université.

Après l'introduction de Dominique Patron, administrateur provisoire de Sorbonne Université, de Marie-Aude Vitrani, directrice scientifique adjointe de l'IUIS, de Benoît Fabre, directeur du Collegium Musicæ,et de Claire Gibault, fondatrice et cheffe d'orchestre du Paris Mozart Orchestra, trois courtes interventions présentant des thématiques de recherche transversales à la musique et la médecine se sont succédé, alternées avec des moments musicaux. 

La première, présentée par Paolo Bartolomeo, neurologue, chercheur INSERM à l’ICM, et Éléonore Bayen, maîtresse de conférences à Sorbonne Université et praticien Hospitalier en Médecine Physique et de Réadaptation à l’Hôpital de la Pitié-Salpêtrière portait sur la reconnexion cérébrale post AVC. Elle a été suivie par la Sinfonia pour corde No.10 en si mineur de Félix Mendelssohn. 

La seconde thématique, illustrée ensuite par la Sonate D.821 "L'Arpeggione" pour violoncelle solo et orchestre de Franz Schubert (orchestrée par Vladimir Mendelssohn), portait sur l'anxiété de performance musicale. Elle a été présentée par Philippe Lalitte, professeur en musicologie, chercheur à l’IReMus, Joana Matos, pédopsychiatre, praticien Hospitalier à l'Hôpital de la Pitié-Salpêtrière, et Ingrid Schoenlaub, violoncelliste. 

Enfin, la dernière, portant sur les troubles musculo-squelettiques liés à l'exécution musicale (TMEM), a été présentée par Yann Hilaire, responsable des projets prévention chez Thalie Santé, Jean-Loïc Le Carrou, maître de conférences à Sorbonne Université, chercheur dans l’équipe LAM / ∂’Alembert, et Cécile Monsinjon, harpiste. Cette thématique a été illustrée par la Symphonie No.5 en ut dièse mineur de Gustav Mahler. 

Découvrez l'interview de Jean-Loïc Le Carrou, maître de conférences à Sorbonne Université, chercheur dans l’équipe LAM / ∂’Alembert en cliquant ici. 

Un projet Musique et Sciences :
quand la mécanique s’intéresse aux harpistes